ASSOCIATION NATIONALE DES ÉLUS DE LA MONTAGNE
7, rue de Bourgogne - 75007 PARIS
Tél. 01 45 22 15 13 - Twitter @AnemMontagne - contact@anem.org
EDITO

« L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE EST ENFIN AU COEUR DE LA COUVERTURE NUMÉRIQUE »

« L’année a commencé sous les meilleurs auspices avec l’accord conclu entre le gouvernement et les quatre opérateurs de la téléphonie mobile. Nous nous en félicitons. Les opérateurs se sont engagés à mettre fin aux zones blanches et à généraliser le très haut débit en 4G sur l’ensemble de leurs sites d’ici la fin de l’année 2020 (2022 pour certaines zones blanches) avec une amélioration de la couverture des axes de transport routier et ferroviaire ainsi qu’à l’intérieur des bâtiments. Ce dispositif sera intégralement à leur charge, ciblé, accéléré et mis en place en concertation avec l’État et les collectivités locales. Toutes les parties prenantes fournissent un effort substantiel : les opérateurs pour trois milliards d’euros au moins, l’État qui renonce aux recettes qu’il aurait pu tirer des nouvelles licences... et les collectivités qui renoncent pendant cinq ans à l’IFER (imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux) sur les nouvelles installations.
Cette stratégie payante est en phase avec l’esprit dans lequel l’ANEM avait abordé le volet de la couverture numérique dans la loi montagne Acte II de 2016. Celle-ci contenait des avancées substantielles tout en préservant certains équilibres.
Elles ont immédiatement été prolongées par un dialogue structuré avec Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR Altice ainsi que la Fédération française des télécoms (FFT) au sein de notre comité de suivi de la couverture numérique de la montagne. Celui-ci permet, chaque trimestre, des échanges constructifs et exigeants, ainsi que des comptes rendus transparents de l’avancée de la résorption des zones blanches et du déploiement des infrastructures. Notre engagement constant, au nom de l’équité et de l’aménagement du territoire pour la résorption des zones blanches et grises, a donné l’impulsion pour faire bouger les lignes. En clair, une fois encore, la montagne a joué son rôle d’avant-garde et les réflexions de notre comité ont préfiguré les conditions de l’accord de janvier.
Dans ce nouveau cadre, nous continuerons plus que jamais à porter nos exigences. Les engagements pris doivent être tenus en termes de qualité de service pour la téléphonie et l’Internet THD mobiles dans les délais souscrits. Nous veillerons à ce que la « frustration numérique » soit abolie en 2022, en montagne comme partout ailleurs. »

Marie-Noëlle BATTISTEL, présidente de l’ANEM, députée de l’Isère




SOMMAIRE
LA CORSE SE RÉJOUIT POUR SA MONTAGNE
ACTUALITÉ
L’ACTUALITÉ DES MASSIFS
LES CHAMPIONS DE LA MONTAGNE
FINANCES
DOSSIER
NUMÉRIQUE
ENVIRONNEMENT
TOURISME
SERVICES PUBLICS
VIE DE L’ANEM
FLUX RSS
Partager :
Crédits et mentions légales